19 MARS : tous dans l'action !

jeudi 21 mars 2019

Mobilisation du 19 mars : fin du grand débat, maintenant il faut répondre aux exigences sociales !

Le succès de la mobilisation du 19 mars 2019, qui a rassemblé plus de 350 000 manifestants dans toute la France, illustre la détermination des travailleurs, retraités, privés d’emploi à faire entendre leur voix et leurs revendications pour pouvoir vivre dignement. 
 
 
Alors que le patronat et le gouvernement font mine d’ignorer la juste colère qui s’exprime en ne répondant que par le mépris, la répression ou la restriction des libertés, le succès de la mobilisation – à l’appel de l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL – qui a rassemblé plus de 350 000 manifestants dans toute la France démontre bel et bien la détermination des salariés, retraités, privés d’emploi à faire entendre leurs voix et leurs revendications. Dans les nombreux cortèges présents dans les rues, ce 19 mars 2019, émanait une soif de démocratie et de progrès social.

19 mars 2019
Les retraités étaient bel et bien mobilisés contre l’austérité en ce 19 mars. Retour de l’indexation des pensions sur les salaires, suppression de la hausse de la CSG, maintien des pensions de reversions, ces derniers ont également exprimé leur solidarité vis-à-vis de leurs enfants et petits-enfants, en condamnant les violences policières. Dans un mouvement intergénérationnel, les retraités ont partagé les inquiétudes de la jeunesse quant aux projets du gouvernement : de l’accès à l’enseignement supérieur aux gels des prestations. Opposés à la transformation de nos régimes de retraite par répartition, solidaires et intergénérationnels en régime par points, ils exigeaient dans les rues l’annulation du projet Delevoye. Catherine Perret, dirigeante de la CGT a, à cette occasion, réagi aux propos d'Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé sur le recul de l'âge de la retraite.




19 mars 2019 revalorisation pensions
Contre la « loi pour la confiance », les enseignants ont dit « non » aux 25 articles de la loi balayant tout le système éducatif promu par Blanquer. Tout le corps enseignant, comme la CGT, dénonce cette loi ainsi que le projet de réforme de la fonction publique, qui a pour objectif principal et commun de
faire exploser le cadre global de l’Éducation nationale et du bien commun à partager.

école de la confianssss
Cette loi est guidée par une idéologie libérale à tous les étages : un école pour les élites empreinte de tri social, de sélection, d’autoritarisme, de concurrence. Contre la mutualisation des moyens matériels et humains, qui ne vise que la suppression de 120 000 postes (CAP 2022), la CGT exige une école émancipatrice, égalitaire et qualifiante !

point d'indice
Les agents de la RATP ont une nouvelle fois exprimé leur opposition à l’égard du projet d’ouverture à la concurrence qui sera réalisé à compter du 1er janvier 2025. Ils dénoncent cette étape vers la privatisation à terme de l’entreprise et la casse du service public du transport urbain en Île-de-France.

19 mars 2019 ratp
Les travailleurs de la métallurgie étaient là pour clamer haut et fort leurs exigences de projets alternatifs pour bâtir notre avenir industriel. Pour la CGT métallurgie, nos industries ont de l’avenir : elles sont au cœur des enjeux pour répondre aux besoins stratégiques en matière d’énergie ou de transports. La construction d’alternative et de projets industriels qui protègent l’environnement et la santé au travail, pérennisant l’emploi et le développement des territoires.

19 mars 2019 santé
Le secteur de la santé était également présent dans cette mobilisation d’ampleur, fruit d’une colère légitime et d’une volonté d’être enfin entendu. Les nouvelles exonérations de cotisations sociales continuent d’affaiblir notre système de sécurité sociale. Dénonçant le reste à charge pour les malades qui ne cesse d’augmenter, la forte dégradation des conditions de travail des personnels, le développement des déserts médicaux, ainsi que les attaques incessantes contre nos services publics, ils exigent que s’ouvrent de véritables négociations qui ne se réduisent pas à des simulacres.
Ainsi, la CGT poursuit son engagement dans la construction de fortes mobilisations avec les salariés, retraités, privés d’emploi, au plus près de leurs aspirations pour obtenir la satisfaction des revendications. La lutte continue !

L’obscurantisme tue encore et partout ! / Obscurantism kills again and again everywhere !

Communiqué de la CGT 
 
L'attaque de deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande le vendredi 15 mars par un individu se revendiquant d'extrême droite a fait 50 morts dans la communauté musulmane néo-zélandaise.
La CGT adresse en premier lieu ses sincères condoléances aux familles endeuillées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés touchés lors de ce massacre. La CGT s’associe à la douleur de la population de Nouvelle-Zélande.
Les idées politiques et les raisons affichées qui justifient ce passage à l'acte  nous rappellent à quel point le rejet de l'autre mène à la haine, la violence, la guerre, la terreur.
La CGT qui œuvre pour la paix, la solidarité et contre le racisme continuera de combattre sans relâche les idées d'extrême droite et les organisations qui véhiculent ces idées.
Il est urgent d’aller vers une société plus progressiste et ouverte sur les cultures.
La CGT renouvelle sa solidarité à la population de Nouvelle-Zélande et fait part de sa solidarité et de sa fraternité à New-Zealand Confederation Trade Union (NZCTU) ainsi qu'à toutes et tous les travailleurs.euse.s touché.e.s directement ou indirectement par ces assassinats.

The attack on two mosques in Christchurch, New Zealand on Friday, March 15, by an individual from the Alt-right, killed 50 people in the New Zealand Muslim community.
The CGT expresses its heart-felt condolences to the bereaved families and wishes a speedy recovery to the wounded affected by this massacre. The CGT associates itself with the pain of the people of New Zealand.
The political ideas and stated reasons that justify this action remind us of the extent to which the rejection of the other leads to hatred, violence, war and terror.
The CGT, which works for peace, solidarity and against all forms of racism, will continue to fight relentlessly against extreme right-wing ideas and organisations that convey such ideas.
There is an urgent need to move towards a more progressive and culturally sensitive society.
The CGT renews its solidarity with the people of New Zealand and expresses its solidarity and fraternity to the New Zealand Confederation Trade Union (NZCTU) and to all workers directly or indirectly affected by the murders.


Montreuil, le 18 mars 2019

Télécharger le communiqué

lundi 11 mars 2019

Le 19 mars, tous en lutte pour des réponses concrètes !

Alors que la situation en France est marquée par l’expression diverse et multiple d’un mécontentement social grandissant, par l’aspiration à une véritable justice sociale et fiscale, par la dénonciation des reculs sur les libertés publiques comme individuelles, les organisations CGT, FO, Solidaires, UNEF, UNL appellent à une puissante journée d’action, de mobilisation et de grève le 19 mars.
Alors que les annonces faites par le président de la République ou son gouvernement n’ont pas répondu aux attentes, alors que des lois portant atteinte aux libertés syndicales et de manifester sont votées, que les prix des produits de consommation courante continuent à la hausse, que la suppression de l’ISF n’est pas remise en cause, que le chômage progresse… Le « grand débat national » ne peut ni se substituer, ni contourner, encore moins être opposé aux revendications sociales et syndicales.
Dans un contexte où la précarité s’aggrave partout, la nécessité de gagner l’augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux, l’égalité femmes-hommes et un véritable droit à l’éducation et à la formation devient primordiale. Tout comme la nécessité de renforcer notre protection sociale et notre système solidaire de retraite par répartition. Enfin, la nécessité de répondre aux enjeux climatiques et environnementaux, tout en développant des emplois de qualité. C’est dans ce but que nos organisations appellent à l’élargissement et l’amplification de la mobilisation sociale.
Nos organisations – CGT, FO, Solidaires, UNEF, UNL – s’engagent à poursuivre un travail commun donnant des perspectives à la mobilisation sociale. Pour une puissante journée d’action, de mobilisation et de grève le 19 mars !

Les douaniers aussi font leur grand débat

A l’heure des grandes « consultations citoyennes », les douaniers ont décidé de faire, en intersyndicale CGT, CFDT, Solidaire, UNSA, FO et CFTC leur grand débat sur fond de lutte.
Face à un gouvernement qui fait la sourde oreille, les actions ont commencé dès ce lundi 4 mars et vont se poursuivre jusqu’à ce que leurs ministres de tutelle daignent les entendre.
Pour eux, la mise en œuvre du BREXIT, aux forceps, replace les douaniers au centre des enjeux économiques, fiscaux et de lutte contre toutes les fraudes. Ils entendent également alerter les autorités et les populations sur l’état de délabrement de cette administration. C’est 6000 postes de douaniers supprimés en 25 ans, de nombreuses fermetures de bureaux et brigades, des conditions de travail dégradées. Ce sont aussi toutes les conséquences que cela va engendrer en matière de santé publique, de perte de recettes fiscales… A cela, se rajoute, comme pour toute la fonction publique, une politique salariale en berne, sans aucune revalorisation ni reconnaissance.
L’intersyndicale a demandé en urgence une audience auprès de Gérard Darmanin pour l’ouverture d’une véritable négociation.

La SNCF condamnée pour délit d’entrave !

Dans une procédure initiée par la CGT et portée par le CEE, la SNCF a été condamnée pour non-respect des prérogatives des élus du personnel et entrave au fonctionnement du Comité d’Entreprise Européen (CEE)
Lors de la vente de sa filiale de transports et de logistiques de véhicules automobiles (STVA) en 2017, la SNCF considère qu’elle n’a pas à informer les élus du personnel. Or, outre le montant de la vente au profit du groupe Renault, c’est l’avenir de plus de 2 000 salariés du groupe SNCF qui préoccupe les élus de la CGT, rejoints par l’ensemble des syndicats représentatifs du Comité d’Entreprise Européen.
Sur interpellation des représentants du personnel et face à une direction de la SNCF qui refuse alors d’informer et consulter les élus du comité, la CEE a engagé une démarche juridique. Cette dernière a abouti, le lundi 22 février 2019, par la condamnation de la SNCF pour entrave au comité dans l’information et la consultation.
Avec cette décision, la SNCF devra à l’avenir changer d’attitude, en procédant aux informations et consultations en temps utile, conformément aux lois en vigueur ! La fédération CGT des Cheminots continuera de se battre afin de faire respecter les droits des salariés, les prérogatives de leurs élus dans chaque instance représentative du personnel.
Fondée en 1950, STVA est devenue « un des leaders de la logistique de véhicules automobiles finis » en Europe, générant un chiffre d’affaires de 312 millions d’euros en 2016